La digitalisation au service de la RSE

A l’heure actuelle, les entreprises ne peuvent plus faire l’impasse à leur Responsabilité Sociétale et le digital vient renforcer cette nécessité. En effet, les technologies digitales jouent un rôle majeur pour améliorer contribution des sociétés au développement durable et renforcer les relations avec les parties prenantes.


Le digital : un canal majeur pour la RSE


La transformation digitale a bouleversé les codes de la communication et pousse les entreprises à être plus attentives et transparentes à l’égard de leurs parties prenantes. Le moindre faux-pas peut notamment se terminer en « bad buzz » sur les réseaux sociaux, et avoir de lourdes conséquences sur la performance et la réputation des entreprises.


En effet, les parties prenantes ont de fortes attentes et sont de plus en plus exigeantes à l’égard des entreprises. D’ailleurs, les consommateurs ne se privent pas de livrer leurs opinions des entreprises sur les réseaux sociaux et des plateformes comme Ecocompare, BuyOrNot ou encore Yuka.


Au Maroc, on garde en mémoire le boycott en 2018 de plusieurs marques de consommation, remettant en question le rôle sociétal des entreprises, et faisant ressortir le manque de dialogue avec les consommateurs ainsi que le besoin de plus de transparence. La Centrale Danone avait été particulièrement impactée et elle avait enregistré une perte de 178 millions d'euros de chiffre d’affaire sur l’année. Le scandale aurait-il pris des proportions aussi gigantesques si elle avait eu une meilleure stratégie digitale ?


La bonne gestion des réseaux sociaux par les entreprises est donc essentielle dans la mise en œuvre de leur stratégie de RSE.


S’appuyer sur le digital pour ancrer une culture de la RSE


Le digital s’impose à l’entreprise tout d’abord parce qu’il fait partie intégrante des cultures actuelles. Les réseaux sociaux, les blogs, faisant maintenant partie de l’environnement des parties prenantes de l’entreprise.


En interne, il permet de favoriser la création de lien social, il permet aux salariés d’accéder et de contribuer à l’information et répondre à leurs besoins de sens, encore plus en période de crise.


Les visioconférences permettent de rapprocher des salariés qui n’ont pas de proximité géographique. Les canaux de communication internes, notamment les intranets, favorisent un rapprochement qui ne pouvait pas exister auparavant.


Il est donc un levier idéal pour faciliter l’adhésion et l’implication à la démarche de RSE en interne.


La Covid-19 est venue accélérer cette tendance et de nombreux outils internes ont vu le jour : web radio, intranet dédié à la RSE, etc.


Le digital au service de la performance durable de l’entreprise


La digitalisation est avant tout une source de simplification et d’amélioration de l’efficacité des processus de l’entreprise. Elle peut donc tout à fait s’appliquer à la démarche de RSE, avec par exemple, la mise en place de solutions digitales permettant de mieux piloter d’un système d’information développement durable pour suivre les indicateurs de développement durable.


Le numérique est aussi porteur de solutions écologiques, favorisant la transition énergétique des entreprises par exemple. En effet, il permet notamment de concevoir des systèmes améliorant la gestion de l’énergie, des ressources et du transport.


A titre d’exemple, les projets Smart Grid utilisant les technologies du digital dans les réseaux de distribution d’électricité permettent d’économiser l’énergie. En agriculture, les drones par exemple, peuvent permettre aux agriculteurs de mieux cartographier les parcelles et ainsi savoir avec précision quels endroits ont besoin d’eau ou d’azote.


Sur le plan social , de nombreuses applications ont pour objectifs d’améliorer la qualité de vie des individus. Le digital est un secteur porteur dans le recrutement des personnes handicapées par exemple.


Les marques trouvent aussi le moyen d’impliquer leurs consommateurs et de faciliter leur quotidien grâce au web. On voit de plus en plus de solutions digitales pour optimiser le parcours client et rendre son expérience d’achat plus agréable et rapide.


Mais le digital a aussi des impacts environnementaux négatifs dont il faut tenir compte : fabrication polluante des équipements, cycles de vie courts, déchets électroniques difficilement recyclables, consommation électrique non négligeable, etc.


De plus, les notions d’exclusion numérique, d’organisation du travail et de protection des données sont également à prendre en considération.

106 vues